Les parts d’une société d’expertise comptable doivent être cédées à leur valeur vénale

L’existence de dissensions entre associés d’une société d’expertise comptable, qui rendent nécessaires des transferts de titres en vue d’un changement d’associé, ne justifient pas à elles seules des transactions à prix minoré.

Le prix de cession des parts d’une société d’expertise comptable peut être remis en cause par l’administration sur le fondement de la théorie de l’acte anormal de gestion lorsque la comparaison avec une autre transaction, portant sur les mêmes parts et réalisée quelques jours auparavant, fait apparaître une sous-évaluation du prix de cession qui n’est justifiée par aucune contrepartie.

La cour administrative d’appel de Nantes s’est récemment prononcée en ce sens dans le cas d’une société d’expertise comptable détenue par trois associés, dont un seul avait la qualité d’expert-comptable. Ce dernier détenait dans la société une participation majoritaire de 75 parts sur un total de 100, conformément aux règles régissant, à l’époque des faits, la composition du capital des sociétés d’expertise comptable. A la suite de dissensions entre associés, une SARL détenue par les deux associés minoritaires avait procédé à l’acquisition de ces 75 parts au prix unitaire de 1 253 euros. Les parts avaient été revendues quelques jours plus tard à un autre expert-comptable au prix unitaire de 72 euros. A l’occasion d’une vérification de comptabilité, l’administration avait réintégré au résultat fiscal de la SARL l’écart résultant de la minoration du prix de cession.

La cour juge que l’acte anormal de gestion est établi dès lors que les deux conditions suivantes sont réunies :

  • l’administration a correctement démontré la sous-évaluation du prix de cession des parts. Sur ce point, la cour applique au cas de la cession des parts d’une société d’expertise comptable la jurisprudence bien établie selon laquelle « la valeur vénale d’actions non cotées en bourse doit être appréciée compte tenu de tous les éléments dont l’ensemble permet d’obtenir un chiffre aussi voisin que possible de celui qu’aurait entraîné le jeu normal de l’offre et de la demande à la date où la cession est intervenue » (notamment CE 1-7-2010 n° 304673 : RJF 11/10 n° 995). En l’espèce, les deux transactions successives portaient sur le même nombre de parts et n’étaient espacées que d’une dizaine de jours. La cour juge en conséquence que l’administration était fondée à démontrer la sous-évaluation en comparant les deux transactions ;
  • la sous-évaluation du prix de cession n’est justifiée par aucune contrepartie. Pour justifier l’opération, la SARL invoquait les règles d’exercice de la profession qui imposaient, à l’époque, qu’au moins les ¾ du capital et des droits de vote soient détenus, directement ou indirectement, par un expert-comptable. La cour relève cependant que c’est l’acquisition, par la SARL, de 75 des 100 parts de la société d’expertise comptable qui a placé cette société en infraction avec les règles régissant l’exercice de la profession. En l’absence d’élément permettant de démontrer que la SARL avait été contrainte d’acquérir ces parts, elle ne pouvait se prévaloir de l’existence d’une contrepartie justifiant la minoration du prix de cession.

L’existence de dissensions entre associés d’une société d’expertise comptable, qui rendent nécessaires des transferts de titres en vue d’un changement d’associé, ne justifient pas à elles seules des transactions à prix minoré.

Le prix de cession des parts d’une société d’expertise comptable peut être remis en cause par l’administration sur le fondement de la théorie de l’acte anormal de gestion lorsque la comparaisonavec une autre transaction, portant sur les mêmes parts et réalisée quelques jours auparavant, fait apparaître une sous-évaluation du prix de cession qui n’est justifiée par aucune contrepartie.

La cour administrative d’appel de Nantes s’est récemment prononcée en ce sens dans le cas d’une société d’expertise comptable détenue par trois associés, dont un seul avait la qualité d’expert-comptable. Ce dernier détenait dans la société une participation majoritaire de 75 parts sur un total de 100, conformément aux règles régissant, à l’époque des faits, la composition du capital des sociétés d’expertise comptable. A la suite de dissensions entre associés, une SARL détenue par les deux associés minoritaires avait procédé à l’acquisition de ces 75 parts au prix unitaire de 1 253 euros. Les parts avaient été revendues quelques jours plus tard à un autre expert-comptable au prix unitaire de 72 euros. A l’occasion d’une vérification de comptabilité, l’administration avait réintégré au résultat fiscal de la SARL l’écart résultant de la minoration du prix de cession.

La cour juge que l’acte anormal de gestion est établi dès lors que les deux conditions suivantes sont réunies :

  • l’administration a correctement démontré la sous-évaluation du prix de cession des parts. Sur ce point, la cour applique au cas de la cession des parts d’une société d’expertise comptable la jurisprudence bien établie selon laquelle « la valeur vénale d’actions non cotées en bourse doit être appréciée compte tenu de tous les éléments dont l’ensemble permet d’obtenir un chiffre aussi voisin que possible de celui qu’aurait entraîné le jeu normal de l’offre et de la demande à la date où la cession est intervenue » (notamment CE 1-7-2010 n° 304673 : RJF 11/10 n° 995). En l’espèce, les deux transactions successives portaient sur le même nombre de parts et n’étaient espacées que d’une dizaine de jours. La cour juge en conséquence que l’administration était fondée à démontrer la sous-évaluation en comparant les deux transactions ;
  • la sous-évaluation du prix de cession n’est justifiée par aucune contrepartie. Pour justifier l’opération, la SARL invoquait les règles d’exercice de la profession qui imposaient, à l’époque, qu’au moins les ¾ du capital et des droits de vote soient détenus, directement ou indirectement, par un expert-comptable. La cour relève cependant que c’est l’acquisition, par la SARL, de 75 des 100 parts de la société d’expertise comptable qui a placé cette société en infraction avec les règles régissant l’exercice de la profession. En l’absence d’élément permettant de démontrer que la SARL avait été contrainte d’acquérir ces parts, elle ne pouvait se prévaloir de l’existence d’une contrepartie justifiant la minoration du prix de cession.

CAA Nantes 7-1-2016 n°14NT00881

Source : Editions Francis Lefebvre – La Quotidienne

 

Viou et Gouron - Cabinet conseil en cession d'entreprises

Vous vendez ?

Nous vous aidons à mener à bien votre transaction en toute confidentialité

CONTACTEZ-NOUS

Étude de cas – Cession d’un cabinet d’Expertise-comptable en Occitanie.

Cabinet d’Expertise-comptable des cédants Présentation du Cabinet Le Cabinet des cédants est une société d’Expertise-comptable implantée en Occitanie depuis le 1er avril 1989. L’entreprise s’établit dans les Hautes-Pyrénées à travers deux établissements. Il s’agit...

Les 8 règles d’or du cédant pour accompagner son repreneur

La période d’accompagnement est cruciale lors de la cession d’un cabinet d’expertise-comptable. Elle constitue un bon argument pour éviter toute clause de révision de prix, permet de surmonter les doutes des clients comme des collaborateurs, et donne à l’acheteur tous...

Viou & Gouron renforce sa présence dans les régions Grand Est et Hauts-de-France

Julien HOUSSEMAND a rejoint notre société afin de développer l’activité de vente de cabinets d’administration de biens et cabinets d’Expertise-comptable dans les régions Grand Est et Hauts-de-France. Doté d’une solide expérience dans le conseil en transmission...

Nous recherchons un cabinet d’Expertise comptable à céder en région Grand Est et / ou Hauts de France

Pour un de nos clients, nous sommes à la recherche d’un cabinet d’Expertise comptable à céder en région Grand Est et / ou Hauts-de-France. Spécialiste de la transmission de cabinets d’Expertise comptable  depuis plus de 100 ans, notre cabinet vous accompagne tout au...

Un intermédiaire, combien ça coûte ?

Combien coûte un intermédiaire quand on lui confie la cession de son cabinet d’Expertise comptable ? A quel travail correspond exactement sa rémunération ? Qui le paie et sur quelles bases ? Quels bénéfices le vendeur et l’acheteur retirent-ils de son intervention ?...

Pourquoi faire appel à un intermédiaire quand on veut céder son cabinet comptable ?

De nombreux cabinets d’expertise-comptable se vendent chaque année sans l’intervention d’un intermédiaire en rapprochement. Une simplicité qui n’est qu’apparente, et qui comporte des risques. Comment gagner en efficacité et retirer le meilleur de sa cession ? La...

Comment estimer la valeur de mon cabinet d’expertise-comptable ?

Combien vaut un cabinet d’expertise-comptable aujourd’hui ? Quelles sont les méthodes de valorisation, et les facteurs qui font la différence ? Les cabinets d’expertise-comptable sont-ils sous-évalués ? Combien vaut mon cabinet ? La question est aussi récurrente pour...

Est-il facile de redevenir simple associé une fois qu’on a vendu son cabinet ?

De plus en plus d’experts-comptables indépendants font le choix de rejoindre une structure plus grande. Trouver sa place dans le nouvel ensemble né du rapprochement, ne plus décider de tout, et endosser son rôle d’associé, peut s’avérer plus ou moins facile. Conseils...

Comment choisir son repreneur quand on vend son cabinet ?

Parmi les experts-comptables, il y a aujourd’hui plus d’acquéreurs que de cédants. Ces derniers peuvent donc choisir. A qui vendre leur cabinet ? Quels sont les critères à prendre en compte ? En fonction de quels objectifs ? Sur qui s’appuyer pour avancer ? « La...

Vendre son cabinet : enjeux professionnels et personnels

Que l’on veuille se retirer, s’associer, ou changer de métier, tous les enjeux d’une décision de gestion souvent unique en son genre : vendre son cabinet d’expertise-comptable.   « La profession comptable n’est pas faite de serial entrepreneurs. La plupart du temps,...